Recette inédite oubliée de l'ancienne cuisine du terroir Bônois, kerchbil lihoud,  des galettes ou pains azymes croustillants hérités des juifs bônois, que les bônois d'antan réalisaient à partir de restes de pâte à baklawa et que nous dégustions frais avec le café ou du café au lait au goûter principalement.

Les pieds noirs juifs ont fait partie de notre histoire, leur cuisine appartient à notre patrimoine, Je relate un pan de l'histoire de notre ville d'antan, ils vivaient parmi nous, cuisinaient s'habillaient comme nous .

 Je ne les ai pas côtoyé, je m'en souviens vaguement des juifs j'étais enfant, ils étaient  nos voisins dans la ville antique, leur cuisine a été associée à la notre, ils ont pris de nos traditions vestimentaires et culinaires comme ils ont laissé beaucoup de leur savoir faire dans la joaillerie et autres métiers car ils sont de grands orfèvres et de grands artisans .
Je ne veux pas entrer dans les détails du comment et du pourquoi de ce contentieux historique, je ne publie qu'une recette que mes grands parents et ma maman faisaient, et que l'on prépare à notre tour dès qu'il nous reste de la pâte, non pas pour célébrer quoique ce soit,  mais juste préparer ce pain sans levain ni levure, quand il nous restait de la pâte à baklawa !
Pareil que guillit lihoud, le kerchbil est plus épais et pincé profondément à l'inverse de guillit lihouhoud qui est plus plat et piqué à la fourchette, tous deux nous les faisons avec des restes de pâtes à baklawa . 
Etant donné que mon blog est voué particulièrement à la vieille cuisine Bônoise, je tenais à le noter nonobstant tout ce que l'on peut en dire .
INGREDIENTS
500g de farine  tout usage
100 g de semoule fine
150 g de beurre fondu et clarifié
Sel
extrait de fleurs d'orangers, quelques gouttes
Eau des cendres si vous pouvez en disposer selon le besoin, la pâte est ferme sans être dure ni sèche,
1 œuf

kerchbil lihoud galette azyme 03